FOCUS AUTEUR : Abdellah Taïa

 

Abdellah Taïa Écrivain marocain vivant en France. Originaire de Hay Salam à Salé (Maroc) où il est né en 1973.

Abdellah Taïa a grandit dans un quartier populaire entre Salé et Rabat où son père est employé dans une bibliothèque, mais sa mère ne sait ni lire ni écrire. Abdellah Taïa se revendique gay. Dans son pays, selon la loi, l’homosexualité est un crime grave, passible de prison. Il vit en France depuis 1999 et prépare à la Sorbonne une thèse de doctorat sur le peintre Fragonard. Il a enseigné en 2004 dans une université de New York. Il écrit en français. « Son combat ? Le droit à la différence. Joignant le geste à la parole, il impose désormais à ses interviewers l’usage du mot “mithli” (homo) à la place de “chad jinsi” (marginal sexuel). Car, pense-t-il, c’est un peu cela le rôle d’un écrivain : “Bousculer les idées, les vieux, la religion, le confort de l’hypocrisie, faire en sorte que les Marocains se rendent comptent qu’ils sont prisonniers de traditions créées depuis des millénaires, aujourd’hui dépassées”. » (Tel Quel, novembre 2006)

SON DERNIER LIVRE

Salé, près de Rabat. Milieu des années 80. Un adolescent pauvre court à perdre haleine. Vers son rêve, devenir metteur en scène de cinéma, vers sa star égyptienne : Souad Hosni, ailleurs, loin de son quartier, qu’il aime et déteste à la fois, qui veut le fixer dans une identité-cliché, dans la honte à jamais : le garçon efféminé. Un futur fou. Alors, il court…

C’est sa seule force, sa seule façon d’affronter la violence de son Maroc. Détourner le regard. Dans cette course, il rencontre une bande de jeunes hommes qui essaient de le violer. La voix du muezzin appelant à la prière le sauve. Quelques instants après, il s’accroche à un poteau électrique, rencontre la mort.

Une mélancolie arabe donne à voir et à sentir le corps possédé et poétique de ce jeune Marocain qui tombe quatre fois. À Salé. À Marrakech. À Paris. Au Caire. Il meurt. Il ressuscite. Avec ses propres images, il construit pas à pas son destin : sa vocation de créateur, son amour pour les hommes, le mystère des origines.

Une mélancolie arabe , de Abdellah Taïa un livre publié chez Seuil dans la collection : Cadre rouge.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :